Return to site

Un nouvel an au pays du soleil levant

Février 2018

· Japon,Tokyo,Aventure,Compagnon de voyage,Inspiration

Le Pays du soleil levant fascine par son mix culturel entre traditions et modernité. Je vous emmène avec moi pour deux semaines d'aventures à l'autre bout du monde.

Un nouvel an au Japon

Paris le 28 décembre à 23h30, direction Tokyo ! Je pars deux semaines à la découverte de la culture nipponne, une semaine au cœur de la capitale puis une semaine en roadtrip autour du Mont Fuji et de quelques grandes métropoles.

Malgré les 8 heures de décalage horaire j'arrive en pleine forme, prêt à découvrir Tokyo sous tous ses angles. Après une première journée à découvrir le quartier, les magasins et les métros je me retrouve à Shibuya pour le nouvel an. Traditionnellement pour les Japonais le nouvel an se fête en famille, un peu comme Noël pour nous, mais de plus en plus de jeunes passent le nouvel an à « l'occidentale ». Après un petit restaurant, direction le plus célèbre carrefour du monde où des centaines de personnes traversent toutes en même temps. Pour l'occasion la circulation était interdite aux véhicules et l'endroit était noir de monde. « Akemashite omedeto » c'est comme ça que l'on dit bonne année en japonais. Après le décompte nous allons en boite de nuit jusque 5h du matin. Rien de très différent par rapport à la France si ce n'est que fumer est autorisé à l'intérieur (également valable dans la plupart des restaurants ce qui est étonnant sachant qu'il est interdit de fumer dans la rue sauf dans des endroits prévus pour).

En sortant nous nous rendons dans le temple de Meguro afin de contempler le premier lever de soleil de l'année qui, pour les japonais, est synonyme de réussite pour l'année à venir (Le soleil se lève très tôt même en hivers, 6h30, mais se couche tôt aussi, il fait nuit vers 17h). Il faut aussi tirer un Omikuji, petit papier qui nous prédit notre chance de l'année. Si la chance est bonne on garde le papier, sinon il faut l'accrocher au temple pour conjurer le mauvais sort (J'ai tiré une ''grande chance'' donc quasiment ce qu'il y a de mieux!). Après avoir erré dans les rues et avoir mangé nous allons nous coucher parce qu'il faudra se lever tôt le lendemain.
 

8H du matin, direction le Palais Impérial. Il n'est ouvert au public que deux jours pas an, le 2 janvier pour le discours de l'Empereur et le 23 décembre pour son anniversaire (jour férié). Cette année, 96 000 personnes sont venues assister au discours. 3 heures d'attente, une queue immense mais organisée à l'image de la discipline japonaise. 5 minutes de discours (Il y en a plusieurs dans la journée pour que tous le monde puisse y assister) auquel je n'ai rien compris puisque je ne parle pas japonais puis un rapide tour dans les jardins du palais qui n'ont rien d’exceptionnel en hivers.

Nous allons ensuite passer le reste de la journée dans le quartier d'Akihabara, très célèbre pour ses magasins de matériel électronique et très apprécié par les jeunes, fans de culture geek et manga (Otaku en japonais). Nous faisons un arrêt obligatoire dans un des nombreux Clubs SEGA, véritables immeubles remplis de jeux d'arcades. Dans le reste du quartier on trouve de nombreuses boutiques, des book-shops (librairies d'occasions, bon plan si on cherche des mangas par cher!), et quelques sex-shops de plusieurs étages (ce qui est absolument ''normal'' au Japon). Nous finissons la journée sur le toit d'un immeuble dans un batting-center, où on peut venir frapper quelques balles avec une batte de base-ball. C'est un sport aussi populaire que le football en France et il est pratiqué à l'école.

Après une bonne grasse matinée et un journée de repos à faire quelques magasins, nous décidons d'aller au marché aux poissons de Tokyo, connu pour être le plus important du monde. Le 4 janvier nous nous levons donc à 4h du matin pour prendre le premier métro et quelle ne fût pas notre déception d'apprendre en arrivant qu'il était exceptionnellement fermé ce jour... Tant pis, nous sommes levés et allons profiter de la journée à Yokohama. C'est une ville portuaire, moderne, construite juste au sud de Tokyo. Mis à part le quartier chinois absolument immense avec quelques temples magnifiques, la ville est assez décevante. C'est la journée des ratés.

5 janvier, départ du roadtrip. Nous récupérons la voiture réservée à l'aéroport et partons en direction du Mont Fuji. Conduite à gauche, signalisation nouvelle... heureusement que la plupart des panneaux sont aussi écrits en anglais. Après quelques frayeurs à reprendre la voie de droite par habitude on se rend assez vite compte que les japonnais ne respectent absolument pas les limitations de vitesse. Limité à 40km/h en ville, on se retrouve vite à 70 pour ne pas gêner la circulation et à 110 au lieu de 70 sur les grandes routes. Arrivé le soir à Fujinomiya, nous visitons un peu la ville et un temple puis achetons à manger dans un marché.

Après une courte nuit dans la voiture, nous reprenons la route au premières lueurs du jour afin d'admirer le lever de soleil sur le Mont Fuji, magnifique. Nous faisons le tour sur la journée, nous arrêtant à l'improviste pour admirer les cascades de Shiraito, les lacs gelés de Tanuki et de Motosu ainsi qu'un temple à Fujikawaguchiko. Nous avions prévu de skier en fin de journée mais devant le manque de neige nous modifions notre programme et prenons la route de Nagoya, la troisième plus grosse ville du pays.

Nous sommes restés deux jours à Nagoya et à notre arrivée, nous avons été passer l'après midi au Musée des Sciences. Les nombreuses expériences manuelles proposées rendent l'exposition très intéressante, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Pour le soir, un VRAI restaurant de sushis, rien à voir avec les restaurants japonais de France. J'ai mangé le meilleur thon cru de ma vie. Ça fond en bouche, un vrai régal ! Le lendemain nous avons visité le Château de Nagoya, reconstitution d'un bâtiment militaire du 17è siècle, détruit pendant la seconde Guerre Mondiale. Du dernier étage on a une vue imprenable sur la ville, malheureusement dans la brume ce jour là. L'intérieur, aménagé en musée, permet de revivre l'histoire des Samouraïs et présente différentes méthodes de constructions ancestrales de l'architecture japonaise. En fin de journée nous reprenons la route vers Kyoto.

À nouveau deux jours d'escale dans cette ville très riche culturellement, avec des temples et des sanctuaires incontournables. Réveil tôt le matin pour éviter les heures de fortes affluence, nous commençons par le Pavillon d'Argent. Si le temple en lui même n'a rien d’exceptionnel, le jardin japonais est l'un des plus beaux qu'il m’ait été permis de voir. Malgré l’hiver, la diversité des couleurs est impressionnante et ressort comme un dessin pastel. Nous allons ensuite voir son grand frère, le Pavillon d'Or. Si le jardin est moins exceptionnel, le temple est entièrement doré à l'or fin et brille de milles feux au moindre rayon de soleil. Nous terminons cette première journée à Kyoto dans un bain public. Très prisés des japonais, ces bains chauds permettent de se détendre après une bonne journée de travail (ou après avoir visité des temples toute la journée). Petite particularité, les maillots de bain ne sont pas autorisés, les japonais n'ont pas de problème avec la nudité. Nous repartons tôt le matin pour visiter le sanctuaire le plus connu de Kyoto : Fushimi Inari Taisha ou le Sanctuaire aux 10.000 Torii. Les Torii sont des sortes de grandes portes, souvent peintes en rouge et érigées à l'entrée des temples Shintoïstes, qui séparent l'enceinte sacrée du monde extérieur.

Le jour suivant pour partons à Nara, une petite ville qui a la particularité de laisser se promener en liberté des centaines de daims. Habitués des touristes, ils s'approchent sans crainte pour chercher de la nourriture et on peut facilement les caresser. Nous faisons rapidement le tour du parc sous la pluie puis repartons en direction de Tsu, une petite ville sur la côte, rejoindre une amie pour la soirée et reprenons la route du retour vers Tokyo pour éviter la circulation.

Nous arrivons donc à Tokyo le 11 janvier pour rendre la voiture après avoir parcouru 1350km ! Une sieste bien méritée et le lendemain c'est l'heure des magasins pour acheter les derniers souvenirs à ramener du Japon. Un bon restaurant le soir pour fêter la fin de séjour puis nous allons en boite (je dois être à l'aéroport à 7h le lendemain matin...) et je dois dire que c'est une excellente solution face au décalage horaire puisque après ça on dort pendant tout le vol et on reprend directement un bon rythme en arrivant à Paris.

Voilà c'est la fin de mon voyage au Japon, j'espère que mon récit vous aura plu et vous aura donné envie partir découvrir ce pays magnifique, on se retrouve bientôt pour de nouvelles aventures.

Benjamin Gréau

NB. N'oubliez pas vous aussi de rejoindre la communauté PickPackGo pour rencontrer vos compagnons de voyage et partager vos expériences.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly